RAPPORT DE FORMATION DES JEUNES FILLES DU CLUB DE FEDIA SUR L’ESTIME DE SOI ET L’UTILISATION RATIONNELLE DES NTIC A L’OCCASION DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE NTERNATIONALE DE LA BONNE ACTION

 Le 14 mars de l’an 2020 s’est tenue au sein du Complexe Scolaire Mon Parcours, une formation à l’endroit des jeunes filles membre du club de l’association FEDIA. La séance a débuté à 14 heures minutes par la prière d’ouverture faite par la présidente du club, Mlle HOSSOU Akpénè. Avant de donner la parole aux deux communicateurs, la Directrice Exécutive, Mme APEGNOWOU Délali a saisie l’occasion pour situer le contexte de la formation aux filles tout en les exhortant à l’écoute attentive. Elle n’a pas manqué de remercier le partenaire Good Deeds Days  grâce à qui FEDIA a pu disposer de T-Shirt pour la formation, une ovation spéciale a été faite aux deux formateurs membres de Noblesse Toastmasters Club de Lomé qui ont accepté gracieusement de mettre à notre disposition ces ressources pour les filles. La 1ère communication animée par Mme Estelle MANOU  a porté sur l’estime de soi. L’estime de soi est la mise en valeur, généralement positive de soi. Selon la formatrice c’est l’image de soi, ce que nous voyons ou croyons de nous quand nous nous regardons dans le miroir, c’est une sorte de filtre à travers lequel on regarde la réalité. Par exemple, une personne très intelligente ou jolie mais n’ayant pas une grande estime de soi se verra trop grosse, inintéressante et son comportement envers les autres s’en ressentira. Une forte estime de soi peut impliquer les caractéristiques suivantes : Croyance ferme en ses propos et principes, toujours prêt à se défendre face à l’adversité, et confiance en soiCapacité à faire les choix qui semblent corrects, sans culpabilité vis-à-vis des autresCapacité à aller de l’avant, sans se préoccuper des événements passés ou à venirCapacité à résoudre pleinement un problème, sans hésitation ni difficultés ; il peut demander l’avis des autresConsidération, ne se sent ni inférieur ni supérieur aux autres, et accepte les différences propres aux autresRésistance à la manipulation, collaboration avec les autresAdmission et acceptation des opinions et avis partagés, qu’ils soient positifs ou négatifsCapacité à apprécier pleinement toute une variété d’activitésSensibilité aux besoins des autres ; respect général des lois sociales    Emmener les filles à développer leur estime, à se donner de la valeur, à se faire confiance à croire en leur potentialité sont le leitmotiv de cette formation. Adolescentes, il est question de les drainer sur la voie du succès en faisant d’elles des femmes leaders et sure d’elle-même. A Travers 4 exercices, l’assistance a su l’importance d’une grande estime de soi et comment la développer. Une autoévaluation a été apprise aux filles pour leur permettre de connaitre le niveau de leur estime de soi. Des astuces leur ont été fournis pour remonter la pente en cas de détresse ou de stresse. Le deuxième formateur, Monsieur Kennedy NGOKIA a axé sa communication sur la bonne utilisation des Nouvelles Technologie de l’information et de la communication (Internet, Smartphone, protocole Bluetooth). Apres explication des concepts et des définitions, il ressort que les jeunes utilisent les NTIC principalement pour le whatsapp, Facebook, instagram, youtube. Le soin a accordé à son image et à ses publications sur les réseaux sociaux ont été la quintessence de cette communication. Nombre de filles par ignorance, par manipulation ou  par contrainte postent leurs photos dénudées soit pour faire plaisir à de tierces personnes, soit pour se faire désirer. Selon une étude de l’Université Collège London, la santé mentale des filles serait plus affectée par les réseaux sociaux que celle des garçons. Plus accros à ces médias, elles sont aussi plus ciblées par le cyber-harcèlement et les violences sur le web.   Les réseaux sociaux occupent aujourd’hui une place importante dans le quotidien des adolescents, parfois même trop. C’est la conclusion de l’étude britannique parue dans The Lancet le 04 janvier 2019, menée auprès de plus de 10 000 adolescents de 14 ans. 7,5% des filles de 14 ans ont déjà été victimes de cyber-harcèlement, contre 4,3% chez les garçons du même âge. En Côte d’Ivoire, près d’un enfant sur quatre se dit victime de cyber-harcèlement, d’après un sondage de l’UNICEF.  Isolement, troubles du sommeil ou encore la perte de confiance en soi et son corps : ces violences, dont les premières cibles sont les femmes, ont des conséquences néfastes sur la santé psychologique et physique des victimes. Des troubles qui aboutissent souvent à l’apparition de la dépression ou à son évolution. Pour protéger les jeunes en occurrence les jeunes filles il est impérative de leur montrer le danger que représentent les NTIC pour elles si elles ne sont pas utilisées a bon escient. Le cas de la rwandaise Diane Shima Rwigara, candidate aux élections présidentielles en 2017, et bien d’autres filles et femmes d’affaires abusées ou qui ont vu leur rêve se brisés suite à la publication de leur photos dénudées sur les réseaux sociaux ont été cités à titre d’exemple pour leur faire comprendre la portée de nos publications.
28 jeunes filles sont formées sur l’estime de soiLes participantes sont formées sur la bonne utilisation des NTICLes filles sont disposées à  préserver leurs images sur les réseaux sociaux Les filles sont formées contre le cyber-harcèlement

Résultats des Travaux (l’essentiel à retenir)

CONSTATS MAJEURS

La formation a été très pratique et très intéressante ;Les bénéficiaires ont suivi avec grand intérêt la formation ;Les bénéficiaires ont participé activement aux travaux Les T-Shirt étaient en nombres très insuffisantLe logo de notre association trop petit sur le T-Shirt et donc pas très visible

 

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *